Lancement : Enquête nationale « Pratiques organisationnelles d’intégration durable de la QVT »

16 Oct, 2018

La qualité de vie au travail constitue aujourd’hui un enjeu majeur de performance durable.

Si la perception intrinsèque du vécu propre au salarié constitue le socle des démarches traditionnelles d’évaluation et d’amélioration de la qualité de vie au travail, force est de constater que son caractère variable dans le temps pose question quant à la pertinence des plans d’actions construits sur la base de ces perceptions.

C’est pourquoi, les recherches scientifiques comme la communauté internationale nous invitent aujourd’hui à faire évoluer notre regard pour prendre en considération les véritables déterminants de la qualité de vie au travail sur le long terme : les pratiques organisationnelles.

Les pratiques organisationnelles : état des connaissances

Deux méta-études scientifiques notables démontrent la puissance prédictive des pratiques organisationnelles dans l’amélioration durable de la qualité de vie au travail.

En 2010, des chercheurs de l’Université d’Amsterdam (Kooij et ses collaborateurs, 2010) ont compilé les données de 83 études scientifiques et ont révélé que les pratiques organisationnelles étaient des déterminants majeurs de l’engagement organisationnel et la satisfaction au travail.

Plus récemment, en 2017, des chercheurs de l’Université de Sheffield (Nielsen et ses collaborateurs, 2017) cette fois-ci, ont compilé les données de 84 études scientifiques et ont établi que les pratiques organisationnelles étaient de puissants prédicteurs du bien-être et de la performance au travail.

Aussi, la communauté scientifique admet aujourd’hui unanimement le rôle fondamental des pratiques organisationnelles dans le développement de la QVT.

Quelles pratiques organisationnelles ?

Les pratiques organisationnelles correspondent communément à tous programmes et pratiques qui soutiennent la santé et le bien-être physique et mental des salariés et l’efficience des organisations. Elles se répartissent en dix familles :

  • La participation à la prise de décision​
  • Les opportunités de croissance et développement ​
  • Le climat de santé
  • Le climat de sécurité
  • La communication​
  • Le dialogue social
  • Les pratiques de leadership
  • La justice organisationnelle
  • Le soutien à l’équilibre vie professionnelle/vie privée​
  • La reconnaissance​

Les pratiques organisationnelles, un axe stratégique de l’organisation

Les pratiques organisationnelles sont traditionnellement considérées de manière isolée. Toutefois, ce raisonnement est erroné car celles-ci sont complémentaires et renforcent mutuellement leurs bénéfices lorsqu’elles sont convenablement intégrées.

Aussi, parce que leurs bénéfices sont interdépendants, il convient de considérer l’ensemble des pratiques organisationnelles comme un axe stratégique de gouvernance nécessitant une réflexion globale, cohérente et engagée.

Les 5 clés pour de l’intégration d’un système de pratiques organisationnelles selon l’OMS (2010) :

Clé n°1 : L’engagement et l’implication de la gouvernance, des cadres supérieurs et des responsables syndicaux en faveur de l’intégration des pratiques organisationnelles dans les objectifs et les valeurs de l’organisation.

Clé n°2 : L’implication des travailleurs et de leurs représentants par la participation active à chacune des étapes du processus au travers de moyens d’expression individuels et collectifs.

Clé n°3 : Le respect actif de l’éthique et des lois en matière de prévention de la santé et de la sécurité des travailleurs et la responsabilisation et prise en charge des éventuels préjudices.

Clé n°4 : L’élaboration d’un processus systématique et global d’amélioration continue par la réalisation d’évaluations régulières, la définition des priorités et la mise en œuvre de plans d’action concrets.

Clé n°5 : La durabilité et l’intégration par l’inscription d’un axe stratégique dédié et l’instauration d’un filtre « santé, sécurité et bien-être » pour toutes les décisions de l’organisation.

L’enquête nationale AD CONSEIL – Université de Tours

Si l’on reconnaît aujourd’hui le pouvoir prédicteur des pratiques organisationnelles sur la qualité de vie au travail, elles n’ont jamais l’objet d’une conception et d’une analyse en profil.

Quels sont les différents profils de pratiques organisationnelles ? Comment impactent-ils la qualité de vie au travail ? Quel est le profil le plus favorable au développement et la durabilité de la qualité de vie au travail ?

C’est précisément l’objet du projet de la recherche doctorale « Pratiques organisationnelles d’intégration durable de la qualité de vie au travail » lancée actuellement par AD CONSEIL en association avec l’Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT) et l’Université François Rabelais de Tours.

Aujourd’hui, nous invitons toutes les organisations souhaitant soutenir ce projet et étudier leurs profils de pratiques à participer à cette recherche. La recherche est à portée scientifique, et donc entièrement gratuite pour les organisations participantes.

Pour en savoir plus et participer : healthy-workplaces.fr

Auteur

Julia Aubouin Bonnaventure

Julia Aubouin Bonnaventure, chargée de recherche appliquée chez AD Conseil et doctorante en convention CIFRE en psychologie du travail et des organisations au laboratoire Qualipsy de l’Université de Tours. Ses travaux portent sur l’étude des effets des pratiques organisationnelles sur la santé psychologique, les attitudes et les comportements des travailleurs.

Bibliographie

Kooij, D. T. A. M., Jansen, P. G. W., Dikkers, J. S. E., & De Lange, A. H. (2010). The influence of age on the associations between HR practices and both affective commitment and job satisfaction : A meta-analysis. Journal of Organizational Behavior, 31(8), 1111‑1136. https://doi.org/10.1002/job.666

Nielsen, K., Nielsen, M. B., Ogbonnaya, C., Känsälä, M., Saari, E., & Isaksson, K. (2017). Workplace resources to improve both employee well-being and performance : A systematic review and meta-analysis. Work & Stress, 31, 101-120. https://doi.org/10.1080/02678373.2017.1304463

à découvrir dans la même thématique

Déficiences psychiques au travail : l’éternel tabou

Déficiences psychiques au travail : l’éternel tabou

Les déficiences psychiques sont aujourd’hui la première cause de handicap au travail. Pourtant, elles demeurent étrangement délaissées dans les discours institutionnels et les politiques d’employeurs. La maladie psychique fait encore peur et les pratiques...

Abonnez-vous au Blog QVT

Recevez par mail un nouvel article chaque semaine et une newsletter trimestrielle avec les nouvelles infographies, vidéos et formations.

Merci, vous avez reçu un e-mail vous permettant de confirmer votre inscription.