Dans de nombreuses organisations, les réunions sont souvent perçues comme une contrainte réduisant l’efficience collective et impactant la qualité de vie au travail.

Le caractère chronophage des réunions, leurs méthodes d’animation ou encore leur utilité relative sont ainsi souvent montrés du doigt.

Pourtant, et malgré le caractère partagé du constat, peu d’organisations du travail apportent aujourd’hui des réponses satisfaisantes à cette problématique.

La « réunionite » n’est pourtant pas une fatalité. Pour faire évoluer les pratiques internes et maîtriser les contraintes générées par les réunions, il est possible d’apporter des réponses globales en adoptant une approche systémique.

Les réunions : un système d’éléments interdépendants

Dans l’histoire d’une organisation du travail, les réunions qui jalonnent les cycles de travail se sont souvent créées indépendamment, à des périodes différentes, pour répondre à des problématiques diverses. La notion de système de réunions implique de considérer l’ensemble de ces temps comme un tout interdépendant qui mérite d’être reconstruit en cohérence.

Un système de réunions efficient doit être pensé pour répondre aux différents objectifs stratégiques et opérationnels d’une organisation en créant les espaces de travail collaboratifs nécessaires.

Le développement d’un système de réunions passe donc par une prise de recul objective sur les besoins d’échange, d’information ou encore d’arbitrage, puis de mesurer à quel point les réunions existantes répondent à cet objectif.

Cette mise en perspective permettra d’identifier des doublons, des carences ou des évolutions utiles.

Un temps pour chaque chose

Un système de réunions efficace répond à différents besoins en offrant des temps dissociés dédiés à :

  • La communication institutionnelle : ces temps sont dédiés aux informations importantes à portée générale et apportent une visibilité sur la volonté politique et le projet stratégique d’employeur
  • La communication descendante : ces temps sont dédiés à la transmission d’informations techniques ciblées utiles au fonctionnement des équipes (procédures, objectifs, etc.)
  • La communication ascendante : il s’agit d’espaces d’expression où les collaborateurs peuvent s’exprimer et faire remonter des informations
  • La communication transversale : il s’agit d’espaces de travail inter-services ou inter-métiers destinés à clarifier les rôles, faciliter les articulations et favoriser la complémentarité
  • Les arbitrages : il s’agit de temps dédiés à la prise de décision managériale (ex. instances de direction) ou paritaire (ex. : IRP)

Lorsque certains se chevauchent ou font défaut, de nombreux effets pervers sont à redouter (rumeurs, tensions, doublons, injonctions contradictoires, erreurs, etc.). Les temps dédié à leur régulation – parfois via des réunions supplémentaires – sont coûteux et n’apportent pas forcément de réponses satisfaisantes dans la mesure où le caractère systémique du problème n’est pas traité.

Un système de réunions efficient gagne ainsi à dissocier ces temps clés en précisant leurs finalités et leurs modalités pratiques.

Porteur

Fréquence

Cible

Communication institutionnelle Gouvernance, employeur

+

Ensemble des collaborateurs
Communication descendante Chaîne managériale

+++

Groupes homogènes : service, métier, etc.
Communication ascendante
  • Chaîne managériale
  • Fonctions support
  • IRP

++

Groupes homogènes : service, métier, etc.
Communication transversale
  • Chaîne managériale
  • Fonctions support
  • Chefs de projet transverses

++

Groupes hétérogènes interdépendants (ex. : métiers)
Arbitrages
  • Instances de gouvernance
  • Instances managériales
  • Instances paritaires

+++

Variable selon le schéma de délégation

Penser séquencé

L’ensemble des temps de réunion sont interdépendants. La communication descendante gagne par exemple à être nourrie par les décisions des réunions d’arbitrage qui peuvent elles-mêmes être alimentées par les temps dédiés à la communication ascendante.

La construction d’un système de réunions efficace passe donc par la construction de cycles cohérents, où chaque temps nourrit l’autre afin que la circulation de l’information soit optimisée.

Image1.png

La planification séquencée permet ainsi de créer des routines prévisibles et de clarifier les cycles de prise de décisions. Les temps clés sont bloqués longtemps à l’avance, évitant la « chasse aux dates » qui paralyse de nombreuses organisations et alimente le sentiment de surcharge.

Professionnaliser l’animation

Les réunions n’ont pas besoin d’être interminables pour être productives. Leur efficacité passe au contraire par des méthodes d’animation adaptées répondant aux objectifs donnés. L’animateur est ainsi garant du temps et du respect des objectifs et de l’ordre du jour.

Le caractère participatif n’est pas toujours nécessaire et dépend de l’objectif de la réunion et de la capacité de l’animateur à le garder en ligne de mire. Un temps d’information descendant gagnera ainsi à être bref, contrairement à un temps de retour sur expériences.

La présence attentive en réunion mérite, elle, d’être fortement soutenue. Dans un monde du travail de plus en plus dominé par les sollicitations numériques, l’attention des participants aux réunions est de nos jours toute relative. La discipline individuelle et collective et la prise de recul sur son propre comportement est une clé à ne pas négliger.

La formation des collaborateurs amenés à animer des réunions est par conséquent recommandée dans la mesure où leur efficacité est sous-tendue par de réelles compétences de pédagogie et de posture.

Par ailleurs, dans la logique de cycle, les temps nécessaires à la préparation en amont et à la formalisation des décisions en aval doivent systématiquement être réservés.

Il est à ce titre profitable de s’appuyer sur des outils d’aide à l’organisation ou à la formalisation des décisions afin de gagner en efficacité. Certaines applications de travail collaboratif peuvent ainsi constituer des aides précieuses (ex. : Trello, Suite Framasoft, etc.).

S’inscrire dans l’amélioration continue

Un système de réunions est conçu pour répondre aux exigences d’un contexte donné. Il est donc indispensable de le questionner et de le faire évoluer en permanence. Cette adaptation n’est possible qu’en évaluant périodiquement l’efficacité du système de réunions et le niveau de réponse aux différents objectifs que nous avons énumérés.

L’efficience d’un système de réunions réside ainsi dans sa plasticité et dans la capacité de l’organisation à l’adapter en permanence à ses besoins et à ceux de ses collaborateurs.

 

Photo by Campaign Creators on Unsplash

Derniers articles

Les plus lus

A découvrir sur la même thématique

Référent handicap : une mission diversifiée pour des enjeux majeurs

Chaque mois, le Blog QVT donne la parole à un consultant de l’équipe AD CONSEIL. Dans cet article, Christina ARMAND, consultante associée AD CONSEIL, experte santé au travail & handicap, analyse l'apparition et l'évolution de la mission de référent handicap....

Comprendre et prévenir le stress post-traumatique au travail

L'auteure : Nawal OUHMAD est doctorante en deuxième année de psychologie à l’université de Tours (Indre-et-Loire) au sein de laboratoire Psychologie des Ages de la Vie et Adaptation (PAVeA) EA 2114. Elle travaille sur les perturbations psychologiques (cliniques et...

COVID-19 : Retour sur expérience d’EHPAD

Pendant l’épidémie de COVID-19, le Blog QVT s’ouvre aux professionnels exposés afin de leur permettre de partager leur réalité au travail et d’en tirer d’éventuels premiers enseignements. Aujourd’hui, nous partageons le témoignage de Pénélope*, aide-soignante dans un...

Les expériences de récupération

Précédemment, nous avons partagé avec vous un article dévoilant la notion de besoin de récupération en psychologie du travail. Nous vous proposons aujourd’hui d’approfondir ce concept en présentant les expériences qui favorisent le processus de récupération....

Quatre clés pratiques pour un COPIL QVT efficient

La conduite des démarches d'amélioration de la qualité de vie au travail s’appuie traditionnellement sur des instances de pilotage ad hoc. On parle la plupart du temps de comité de pilotage de la qualité de vie au travail ou "COPIL QVT". Garantes du déploiement et de...

La résilience au travail

Avec l’augmentation de la concurrence, la fréquence accrue des changements organisationnels, la hausse des exigences ou encore la précarisation du marché de l’emploi, l’environnement professionnel est de plus en plus turbulent et met à l’épreuve les capacités...

coordonnées

7 allée Mirabeau 92240 Malakoff

01 46 68 88 88

contact@adconseil.org

contactez-nous

10 + 2 =

Vous appréciez nos contenus ? Soutenez-nous et partagez sur les réseaux sociaux !