loader image

Connecter QVT et transition écologique

31 Mai, 2022

[EDITORIAL] Du 20 au 24 juin 2022 se tiendra la semaine la qualité de vie au travail. Initié par l’agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT), cet événement est l’occasion d’échanger sur l’amélioration des conditions de travail et la santé au travail et sur les changements que l’on y souhaite voir.

Pour cette édition de la SQVT, l’ANACT a choisi le thème « la quête de sens au travail ». Un sujet d’autant plus crucial à l’heure des évolutions technologiques et organisationnelles. Mais la recherche de sens dans le travail ne passe-t-elle pas par un questionnement sur l’impact social et environnemental de nos organisations ? C’est en tout cas ce que l’on croit chez AD Conseil mais c’est également l’avis partagé par le collectif Pour un Réveil Ecologique qui sera notre partenaire de cette semaine pour ainsi connecter QVT et transition écologique.

 

Qu’est-ce qui relie la qualité de vie au travail à l’impératif de transition écologique ?

L’objet qualité de vie au travail est généralement traité de façon locale, contextuelle et détachée des enjeux macroéconomiques. Les enjeux écologiques renvoient à des chaînes de valeur globales où l’action de chaque acteur exerce une influence dans une logique d’interdépendance. La mise en perspective des enjeux économiques et écologiques d’une part, et de santé et de qualité de vie au travail d’autre part, permet de mesurer leur forte indépendance. Partout où les chaînes de valeur altèrent les équilibres humains et écologiques, les conditions de travail travails et la dignité humaine sont mis à mal. Pour les praticiens de la qualité de vie au travail, ignorer cet état de fait revient à capituler et accepter d’améliorer les conditions de travail des plus nantis là où les droits fondamentaux des plus vulnérables sont un peu plus bafoués chaque jour. L’interconnexion des enjeux écologiques et de qualité de vie au travail aux seins des organisations globalisées nous rappelle que le fait de penser localement les politiques de santé au travail n’a pas de sens. La globalisation a ouvert à nombre d’entre elles un champ des possibles important où le profit se génère dans la recherche du moins disant, sur le plan économique, social ou environnemental. Ce raisonnement est naturellement admis dans la recherche des profits. Il est temps que les organisations soient considérées comme des citoyens globaux et soient jugées au prisme de leur engagement et de leur capacité à compenser ces déséquilibres. Que nous militions en faveur d’un travail plus digne ou d’un modèle économique durable et soutenable, il nous revient de nous arroger le droit de questionner nos modes de gouvernance et d’interroger leur caractère équitable et soutenable. Cela implique un questionnement volontaire autour sur la transparence, la participation et le dialogue social, au nom d’un principe simple : donner voix au chapitre à chaque partie prenante concernée par les impacts socio-écologiques des choix stratégiques des organisations. L’engagement pour un travail durable et soutenable ne peut en outre faire l’économie d’un débat autour de la place du numérique. Ces deux dernières années marquées par la pandémie ont bousculé notre rapport au digital, généralisé le télétravail et acté de fait l’implantation de solutions de travail à distance dans notre quotidien. L’avènement annoncé du métavers et de l’intelligence artificielle préfigure l’inflation de cette tendance vers un environnement de travail virtualisé. Prendre cette direction se traduit par un impact social, économique et écologique lourd. Elle implique la suppression de degrés de liberté aux travailleurs et l’apparition de nouveaux modes de contrôle et de gestion de la productivité qui font régresser nos droits fondamentaux. Elle se traduit également par un impact écologique immense imputable au coût énergétique du stockage des données, mais aussi à l’impact du besoin exponentiel de ressources minérales qui s’épuisent L’enjeu est certes complexe, mais il concerne chaque personne à son niveau. L’accélération des transformations sociales et écologiques impose un débat croisé et ouvert décloisonnant les enjeux de dignité au travail et de soutenabilité écologique.

Trois thématiques pour croiser les enjeux

A l’occasion de cette semaine de la qualité de vie 2022, Le Blog QVT et le collectif « Pour un Réveil Écologique » s’associent pour vous proposer 3 thématiques pour repenser la QVT à l’aune des enjeux de globalisation et de transition écologique :

  • Les nouvelles formes de gouvernance favorisant la dignité au travail et la soutenabilité écologique ?
  • La place du dialogue social et des contre-pouvoirs dans les organisations globalisées
  • L’impact global de la digitalisation et l’enjeu de sobriété numérique

Tout au long de cette semaine de la QVT, nous mettrons en débat ces enjeux à travers nos podcasts, articles et webinaires.

Illustration : “Follow the Leaders” – Isaac Cordal’s

 

Derniers articles

Les plus lus

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

L’équipe AD CONSEIL est touchée par la terrible actualité. Pour aider les familles qui sont actuellement forcées de fuir l’Ukraine, nous relayons la collecte de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.Retrouvez également ici les points de collecte autour de chez vous, afin de donner des biens de première nécessité.

Merci de votre aide, chaque don compte !

Soutenez-nous en vous abonnant au Blog QVT

Chaque semaine, recevez nos nouveaux articles et podcasts par mail. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

Merci de votre soutien ! Rendez-vous sur votre messagerie pour découvrir une première sélection d'articles.